Liberté, Égalité, Fraternité… Philosophie !

«  Dans les ateliers philo, j’ai aimé le moment où il y avait des débats qui eux étaient impressionnants. Ces débats étaient incroyables car chacun de nous avait une idée différente. »

Non, ceci n’est pas une lapalissade de comptoir, mais une des petites perles ramenées lors de la toute première intervention officielle de l’association Ressources en atelier philo. Un temps de restitution écrit plus qu’encourageant sur la suite à donner à celle-ci (voir en fin de ce post).

Au commencement était un projet porté par le Forum Jacques Prévert (Carros) en lien avec le Lycée Thierry Maulnier (Nice) : « Liberté, égalité, Fraternité… et moi dans tout ça ? » Au menu : ateliers philo et ateliers d’écriture/correspondance entre des élèves de seconde et des apprentis du CFA Nice Côte d’azur. Un projet soutenu par la Région Sud dans le cadre du dispositif INES (INitiatives Educatives Scolaires). Si nous animons les ateliers philo, les ateliers d’écriture sont menés par Julie Villeneuve, auteure et metteure en scène de la Compagnie Le Facteur Indépendant, en partenariat avec le Théâtre Juliette Greco de Carros. Au printemps prochain, des rencontres entre ces lycéens et apprentis sont prévus, avec notamment une mise en voix de certains textes et avec restitution publique.

Côte philo, nous avons proposé un cycle de 3 séances en demi-groupe, soit 6 ateliers au total. En préambule quasi obligé : « Qu’est-ce que philosopher ? ». Lors de la seconde séance, nous avons débattu sur la relation entre égalité et liberté : « L’égalité est-elle une condition nécessaire à la liberté ? ». Nous sommes partis pour cela d’un inducteur on ne peut plus visuel. Enfin, à partir de la question philosophique par excellence, celle du bonheur, nous avons souhaité induire la notion plus actuelle que jamais d’engagement, sollicitant Périclès pour l’occasion : « Il n’est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. » En guise d’inducteur, nous avons osé justement. Dans un lycée de la République, projeter la bande-annonce du film Libre sur l’engagement si courageux de Cédric Herrou auprès des migrants. Engagement qui aura permis, entre autre faits d’armes, d’interpeller la constitution elle-même afin qu’y soit définitivement consacré le « principe de fraternité ».

Pour résumer ces six heures de débat, je préfère donc m’effacer face au petit florilège de réactions qu’a permis le principe d’une restitution écrite, un peu plus tard, avec les professeurs. Une chose est certaine : élèves comme professeurs en redemandent ! Deux autres lycées de Nice (Guillaume Apollinaire et Estienne d’Orves) ont d’ores et déjà réservé leurs ateliers philo avec nous. Pour l’heure, ces morceaux choisis d’élèves pour le moins conquis…

 

Palme de la créativité philosophique
(non corrigé orthographiquement volontairement)

«  Philosopher c’est résonné avec sa pensée »

Ce qui m’a surpris

« On n’a rien écrit. Je pensais qu’on allait écrire mais pas du tout. »
«  Ce qui m’a surpris dans les ateliers philo c’est le fait de parler avec l’esprit ouvert. »
«  Ce qui m’a surpris dans les ateliers philo c’est le sens de certains mots qui prennent une tournure. »
«  On a su s’écouter même si on n’était pas d’accord. Et on peut philosopher sur n’importe quoi. »
« Ce qui m’a surpris c’est lorsqu’au début de la séance, on prenait un temps pour « méditer » afin de se mettre dans la séance ».

Ce que j’ai aimé

« Tout le monde avait droit à la parole. »
« Ce que j’ai aimé c’est la liberté de parole. »
«  La détente de ce cours et la liberté d’expression. »
« Discuter avec les gens, avoir leur avis, savoir leur façon de penser, débattre avec les gens. »

Ce que je n’ai pas aimé

«  Ce que j’ai le moins aimé, c’est quand les questions qu’il nous posait, j’aurais aimé avoir une réponse un peu plus claire. »
«  La gêne »
« Le calme »
« C’est que nous n’avons pas les réponses à certaines questions. »

Ce que j’ai retenu

« Qu’il y a tout le temps un pour et un contre dans un débat. »